Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après que Jean Arthuis ait du piteusement jeter l’éponge faute d’un nombre suffisant de parrainages, il ne reste donc plus, officiellement (les dépôts sont clos), que quatre candidats en lice pour la présidence de l’UDI: Fromantin (droite), Jégo (droite modérée), Morin (centre-droit), Lagarde (centre).

L’éventail est donc large pour les militants de la formation regroupant de la Droite au Centre, qui devront se choisir un nouveau leader en octobre prochain.

- Jean-Christophe Fromantin représente l’option droite de l’UDI. Il prône un positionnement clairement à droite pour concurrencer directement l’UMP avec une tradition démocrate-chrétienne à l’instar de ce qu’est la CDU d’Angela Merkel en Allemagne ou de ce que fut la Démocratie chrétienne en Italie. Jean-Christophe Fromantin est le seul à demander que l’UDI devienne un parti uni et non plus une confédération. A noter, en outre, que sa foi catholique en fait un conservateur en matière de mœurs à l’opposé de ses trois concurrents plutôt libéraux en la matière.

- Yves Jégo (avec son binôme Chantal Jouanno) représente l’option droite modérée de l’UDI dans le droit fil du positionnement de Jean-Louis Borloo que ce dernier qualifie de «républicanisme social». S’il n’est peut-être pas le candidat-paravent de Borloo qui tiendrait la boutique en attendant que le chef se remette de ses problèmes de santé, Jouanno et lui sont deux inconditionnels du président sortant qui ne feraient aucune difficulté à s’effacer le moment venu pour lui rendre son poste s’il lui prenait l’envie ou le devoir de revenir. Il est certainement le plus libéral des quatre candidats tant en matière économique qu’en matière de mœurs. Son handicap peut-être rédhibitoire est de n’être pas, comme Fromantin, centriste.

- Hervé Morin représente l’option centre-droit de l’UDI. Il défend une «alliance naturelle» avec l’UMP comme l’a fait pendant cinq ans (entre 2007 et 2012) de gouvernement le Nouveau centre qu’il dirige avec une vision très libérale de l’économie et un Centre, certes indépendant, mais qui est pré-positionné à droite quoi qu’il arrive, ce qui fut d’ailleurs le motif de sa rupture officielle avec François Bayrou après la présidentielle de 2007.

- Jean-Christophe Lagarde représente, avec toutes les précautions nécessaires, l’option centre de l’UDI. Il s’est positionné pour une UDI totalement indépendante de l’UMP et, qui plus est, qui doit se confronter avec cette dernière en défendant un programme centriste pour en ressortir vainqueur. Son projet politique est à la fois libéral économiquement parlant et teinté de solidarisme, socialement parlant. Reste que Lagarde est un peu un mystère car ses déclarations et ses prises de position sont parfois déroutantes, passant souvent d’un consensualisme à une confrontation dure et sans concession que l’on peut sans doute mettre sur le compte d’insuffisances dans sa réflexion politique.

Alexandre Vatimbella

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme, #centre, #centriste, #UDI, #Jean-Louis Borloo, #Jean-Christophe Fromatin, #Jean-Christophe Lagarde, #Hervé Morin, #Yves Jégo

Partager cet article

Repost 0