Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Centre possède de fortes potentialités et de grands atouts nous disent les sondeurs et autres commentateurs de la vie politique.

Les Français aiment bien les hommes et femmes politiques positionnées au centre style Juppé (depuis qu’il n’est plus premier ministre) ou Valls (avant qu’il ne soit premier ministre…) et ils ont même une grande sympathie pour des centristes comme François Bayrou et Jean-Louis Borloo, sans parler de Simone Veil, qui se trouvent souvent dans les premières places des baromètres des personnalités politiques.

Ce qui permet à un chercheur en sciences politiques comme Pascal Perrineau du Cevipof (Centre d’étude de la vie politique de Sciences Po) de reprendre dans Le Figaro, la constatation que j’avais déjà pointée dans le même quotidien de la possible constitution d’un vaste champ au centre de l’échiquier politique: «en termes d’opinion, un espace centriste important se développe, du social-libéralisme de Manuel Valls au libéralisme social de François Bayrou, en passant par le libéralisme de François Fillon et le réformisme d’Alain Juppé».

Et de prédire que «l’homme qui saura s’adresser dans les mois et les années qui viennent aux femmes et aux hommes qui, en dépit de leurs divisions politiques, se retrouvent peu ou prou dans cet espace central, acquerra la position hégémonique qui peut permettre de gagner l’élection présidentielle et surtout de gouverner et réformer dans de bonnes conditions».

Très bien.

Mais où cela se traduit-il en termes politiques et électoraux pour les partis centristes ailleurs que dans une sympathie éprouvée pour quelques personnalités?

Nulle part.

On l’aime bien le centriste mais apparemment pas au pouvoir!

Dans les sondages lors des présidentielles, ni Borloo, ni Bayrou n’ont jamais obtenu une majorité quant à leur statut d’homme d’Etat ou quant à l’envie des Français de les voir occuper le fauteuil de l’Elysée.

De même en termes de résultats aux élections, à part quelques «anomalies» positives ou négatives, les partis centristes réunis oscillent entre 9% et 11% des voix au niveau national avec quelques bastions régionaux et citadins qui leur permettent d’obtenir des élus, la plupart, néanmoins, après un accord de désistement, aujourd’hui avec la Droite, hier, au début de la V° République, avec la gauche.

Ce paradoxe a-t-il une explication?

Il est bien sûr difficile de sonder les pensées profondes des électeurs.

Pour autant, il semble que l’on soit ici dans le cadre d’une image floue, d’un manque de crédibilité, d’une insuffisance de capacité à convaincre et d’une carence dans un leadership politique.

Reprenons.

Les Français ne savent pas très bien où se trouvent les centristes.

Deux exemples.

Après avoir fustigé la Droite et l’UMP, appelé à voter François Hollande en 2012 et refusé d’appeler à voter pour un des finalistes en 2007, François Bayrou, recalé pour faire partie de la majorité actuelle, a rejoint le camp de la Droite et s’est allié à Alain Juppé, homme politique le plus proche de Jacques Chirac que le leader du MoDem a fustigé pendant des années, refusant même de voter la confiance à son gouvernement dirigé alors par Dominique de Villepin.

En se créant, l’UDI – qui a le mot «indépendance» dans son appellation et à la bouche de tous ses leaders – a immédiatement fait allégeance à la Droite et à l’UMP en déclarant cette dernière comme sa partenaire «naturelle» tout en expliquant en totale contradiction avec cette affirmation qu’elle serait intransigeante vis-à-vis de son indépendance et de son projet politique, refusant tout rapprochement qui pourrait être considéré comme une compromission politicienne mais en se montrant un allié sans faille avec l’UMP lors des élections au nom de cette alliance naturelle (et des désistements réciproques qui vont avec).

Il faut avouer que c’est bien difficile pour un électeur qui n’est pas politologue de savoir exactement quel est le positionnement politique des centristes d’autant qu’il cherche en vain leur projet de société.

Ou, plus grave, il lui est facile de trouver que ceux-ci naviguent un peu à droite, un peu à gauche comme les opportunistes et ne sont pas très souvent au centre et quand ils le sont c’est surtout pour négocier quelques accords pour des sièges de députés ou de sénateurs et des strapontins gouvernementaux.

Comment dès lors apporter sa confiance et son vote à un parti qui, avant même de proposer un projet politique, indique qui sera son allié naturel?

Comment de même apporter sa confiance et son vote à un homme dont on ne sait toujours pas avec qui il gouvernerait une fois au pouvoir?

D’où une image quelque peu écornée qui ne donne en tout cas pas envie de glisser son bulletin de vote dans l’urne en faveur des centristes et d’estimer qu’au-delà du côté sympathique de leurs personnalités, celles-ci n’ont guère démontré leurs capacités à gouverner en ayant le leadership.

Pour inverser cette vision peu valorisante du centriste sympathique, qui peut avoir de bonnes idées mais qui n’a pas la stature pour diriger le pays, il faut évidemment que les partis centristes soient capables de se rendre crédibles aux yeux des électeurs.

Et cela passe d’abord par un «coming out» politique!

Il est ainsi primordial que les centristes expliquent qui ils sont, où ils sont et ce qu’ils veulent faire, le plus clairement possible sans se cacher derrière les apparences et les postures, sans crainte d’assumer leur positionnement en rapport avec leurs convictions.

Bien entendu, l’entretien d’un flou artistique où le Centre est associé à la modération et au consensus mou leur apporte quelques avantages, notamment celui de ne pas se dévoiler et de pouvoir se raccrocher à tous les wagons qui passent ou de menacer de le faire s’ils n’obtiennent pas les postes qu’ils souhaitent sans d’ailleurs aller jusqu’au bout de ces menaces, ce qui décrédibilise un peu plus les centristes aux yeux des Français.

In fine, il s’agit d’un handicap plutôt rédhibitoire qui se traduit par des échecs répétés lors des rendez-vous électoraux.

Parce que s’il est bien une idée que l’on associe avec les centristes actuellement, c’est celle de malléabilité ou, pire, d’une absence de leurs convictions qui leur permet, certes, de grappiller quelques restes mais jamais d’être ceux qui dirigent effectivement le pays.

Une fois que les Français auront compris où se trouvent réellement les partis centristes – qui devrait être le Centre! –, à n’en pas douter, ceux-ci engrangeront une dynamique qui pourrait les mener loin si l’on en croit les sondages, notamment ceux sur les souhaits des électeurs en matière de réformes.

Reste à savoir si les centristes auront assez de courage et seront assez responsables pour faire un vrai coming out dans une complète clarté et s’émanciper enfin de ce flou si sécurisant qu’ils cultivent depuis tant d’années…

Alexandre Vatimbella

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme, #centriste, #centre, #François Bayrou, #jean-louis borloo, #simone veil

Partager cet article

Repost 0