Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Laurent Wauquiez est un homme politique dont l’ambition démesurée n’est guère différente de celles de beaucoup d’autres de ses coreligionnaires.

Son cas n’intéressait jusque là la sphère centriste que par son double-jeu face à Jacques Barrot dont il est le successeur comme député de la Haute-Loire, dans une circonscription historiquement au centre.

Pour obtenir ce siège, il se présenta comme un modéré et reçu l’onction de Barrot (qui s’en mordit les doigts un peu tard) alors que son positionnement politique en fait un homme, si ce n’est proche, en tout cas très sensible aux thèses de l’extrême-droite et du Front national.

Peut-être que sa couleur politique d’aujourd’hui est aussi fausse que celle d’hier.

Mais, peu importe qu’il soit un opportuniste aux dents qui rayent le parquet.

Ce qui nous intéresse ici c’est que les dirigeants centristes dans une unanimité touchante avaient décidé de ne pas s’allier avec l’homme pour les élections régionales en relevant des incompatibilités de valeurs rédhibitoires.

Puis dans un même élan unanime tout aussi touchant, ils se sont alliés avec lui…

Pour quoi?

Pour quelques élus régionaux.

Rappelons des déclarations bien embarrassantes aujourd’hui.

Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, affirmait il y a encore peu que Laurent Wauquiez a des positions «si antieuropéennes et ‘cryptolepénistes’» et il dénonçait sa «droitisation extrême».

Il avait également déclaré qu’il y aurait une liste UDI face à Wauquiez lors des régionales.

François Bayrou, président du MoDem, expliquait que «la candidature de Laurent Wauquiez n’est pas compatible avec nos valeurs» et jurait que son parti présenterait une liste, soit commune avec l’UDI, soit autonome.

Il n’en a rien été.

Vendre ses valeurs et ses idées, même pour une présidentielle ou des législatives, est la négation ultime de l’honnêteté et de la conviction politiques.

Ce qui est particulièrement préoccupant dans cette affaire est que le revirement total, la réddition en rase campagne des partis centristes se sont faits pour une élection aussi peu cruciale que les régionales, là où il est si facile de dire non parce son enjeu est d'une importance relative.

Rien ne peut justifier cette alliance.

Nombre de militants de l’UDI et du MoDem n’ont pas compris.

Ce qui a obligé François Bayrou à dire que le cas serait définitivement tranché à la rentrée, faisant une nouvelle volte-face.

Qu’est-ce que les Français peuvent en penser?

Que les centristes disent beaucoup de choses mais ne tiennent pas leurs engagements, même s’il s’agit de leurs valeurs et de leurs convictions.

Et les électeurs du Centre de constater que la propension des dirigeants de l’UDI et du MoDem à défendre leurs idées est bien faible.

Quant aux partis de droite, de gauche et d’extrême-droite, ils peuvent se frotter les mains: ce n’est pas avec de tels centristes qu’ils vont voir leur domination sur la vie politique française actuelle en danger.

Alexandre Vatimbella

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme, #centriste, #centre, #UDI, #Mouvement démocrate, #Jean-Christophe Lagarde, #François Bayrou, #droite

Partager cet article

Repost 0