Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deux sondages viennent de nous rappeler une double évidence.

François Bayrou est un des hommes politiques les plus appréciés.

Mais il n’est toujours pas perçu comme un candidat crédible pour gagner la présidentielle.

Ainsi, dans le dernier baromètre Paris Match, il est en deuxième position derrière Alain Juppé avec 60% de bonnes opinions.

Mais dans les deux derniers sondages sur la prochaine présidentielle il obtient 10,5% et 12% d’intentions de vote au premier tour et serait éliminé, là où Alain Juppé obtient 29% et 31% et virerait en tête des prétendants avant de l’emporter.

Le président du Mouvement démocrate suscite donc la sympathie mais pas l’adhésion en tant que possible président de la république.

De ce point de vue, tous les sondages réalisés en 2012, lors de la précédente présidentielle, montraient qu’une majorité de Français estimait qu’il n’avait pas la stature d’un chef d’Etat.

De nombreuses raisons ont été avancées pour tenter d’expliquer cet état de fait.

On peut en lister les principales.

D’abord, François Bayrou serait une sorte de vieux sage de la politique qui dénoncerait ce qui va mal mais ne serait pas perçu comme quelqu’un capable de gouverner un pays.

Ensuite, la faiblesse de ses soutiens avec un Mouvement démocrate sans élus et sans véritables personnalités de premier plan qui feraient en sorte que les Français, ne sachant pas avec qui il pourrait gouverner, estimeraient son élection comme un coup dans l’eau ou, pire, comme vecteur d’instabilité ou de cohabitation hasardeuse.

Sans oublier que l’espace centriste qu’il affirme représenter et être le leader n’est constitué que de partis (MoDem et UDI) assez faibles et ne faisant pas du Centre une des forces politiques principales.

De plus, ils ne sont même pas alliés entre eux.

En outre, son projet politique et son programme électoral seraient, si ce n’est inexistant en tout cas largement inconnus des Français.

Enfin, son expérience politique où il n’a été ministre que de l’éducation et président d’un petit parti, jouerait contre sa crédibilité de chef d’un pays majeur.

On peut, sans doute, ajouter une nouvelle raison, son ralliement à la Droite après avoir voté pour la Gauche en 2012 et avoir voulu gouverner avec elle sans y parvenir.

Tout ceci ne serait pas contrebalancé par la popularité de certaines de ses positions comme la nécessité de gouverner avec des majorités plus ouvertes ou pour une meilleure représentation des choix politiques des Français.

La question est donc de savoir si François Bayrou pourra inverser la tendance et gagner son pari de remporter la présidentielle.

Avant d’y répondre directement, il faut parler des deux écueils qui se dressent sur sa route.

Le premier et le plus important est qu’il aurait du être l’homme de la situation.

Ainsi, la montée du Front national, le recentrage d’une partie de la Droite et d’une partie de la Gauche, de Juppé à Hollande en passant par Valls, l’envie des Français de politiques consensuelles qui regrouperaient autour de projets des hommes et des femmes venus d’horizons divers et ayant la capacité de faire des compromis pour le bien du pays, tout cela aurait du le favoriser.

Pourtant c’est Alain Juppé qui en est le principal bénéficiaire.

Et on peut même dire le seul puisque François Bayrou n’est même pas considéré un «Juppé de remplacement».

Tous les sondages montrent qu’il ne récupère absolument pas l’électorat de Juppé si celui-ci n’était pas candidat.

Le deuxième est qu’il est toujours dans la même situation que lors de ses précédentes tentatives élyséennes et plus particulièrement dans celle de 2012.

Ainsi, il plafonne autour des 10-12% d’intentions de vote et aucun signe actuellement ne montre qu’il a changé de statut auprès de l’opinion.

Il garde, certes, un électorat centriste fidèle qui le suit à chaque élection mais il ne parvient pas à mordre sur d’autres électorats, tant à droite qu’à gauche.

Dès lors, il est peut-être possible qu’il puisse devancer soit Nicolas Sarkozy, soit François Hollande au premier tour (sachant qu’il ne pourra pas devancer Marine Le Pen en l’état actuel des sondages) mais certainement pas les deux.

S’il mord sur l’électorat de Nicolas Sarkozy, il est peu probable qu’’il puisse faire de même avec celui de François Hollande et inversement.

Aujourd’hui, il est en quatrième position et tout indique qu’il devrait y rester mais qu’il possède malgré tout une chance de passer en troisième mais pas en deuxième.

Pour autant, François Bayrou a encore un an et demi pour tenter de crédibiliser sa candidature, d’inverser la tendance et de mettre au point une stratégie gagnante.

Il est sûr que cette candidature pourrait trouver une dynamique comme en 2007 si les médias le suivent comme ce fut le cas à l’époque mais aussi la société civile et s’il parvient à construire une coalition assez large autour de sa personne, ce qu’il n’a pas réussi lors de ses précédentes tentatives.

Pour cela, il faudrait qu’il devienne le pivot incontournable de l’axe central qui se dessine de plus en plus clairement dans le paysage politique français.

Si les soutiens d’Alain Juppé (s’il n’est pas lui-même candidat) ou de Manuel Valls sont très hypothétiques, François Bayrou pourrait espérer ceux de personnalités comme Jean-Pierre Raffarin ou Emmanuel Macron, par exemple.

Cependant, s’il veut réussir dans son entreprise, il doit absolument avoir derrière lui l’UDI.

Non pas pour sa force électorale limitée mais pour démontrer qu’il est d’abord capable de réunir sa propre famille politique.

Une entreprise qui ne sera pas des plus aisées.

En conclusion, les chances de François Bayrou sont aujourd’hui faibles mais une élection présidentielle n’est jamais gagnée ou perdue d’avance.

De même, ce ne sont pas toujours, loin de là, les favoris qui les gagnent.

Alexandre Vatimbella

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme, #centriste, #centre, #François Bayrou, #Mouvement démocrate, #présidentielle 2017, #alain juppé, #UDI

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :