Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Selon un sondage Odoxa pour BFMTV et Le Parisien, 65% des Français estiment que François Bayrou serait un mauvais président de la république comme 35% qui pensent qu’il serait un bon chef de l’Etat.

A noter qu’il obtient de bien meilleurs scores auprès de l’électorat de gauche (44% le voient en bon président) qu’auprès des sympathisants de droite (73% le voient en mauvais président contre seulement 27% en bon président).

Cela le place en troisième position derrière Alain Juppé et Emmanuel Macron qui sont les deux seuls personnalités politiques à obtenir une balance positive, 58% des Français pour Juppé et 52% pour Macron qui estiment qu’ils seraient de bons présidents.

Vient en quatrième position, Manuel Valls avec 66% de Français qui le voient en mauvais président contre 33% en bon président.

Comme on le constate, les quatre premiers de cette liste sont des personnalités de l’axe central (gaullo-réformistes, libéraux sociaux et sociaux-libéraux).

Toujours selon ce sondage, s’il se présentait à la présidentielle, François Bayrou obtiendrait 13% des voix (dans le cas de figure où Nicolas Sarkozy serait le candidat de LR) et 11% (dans le cas de figure où Emmanuel Macron serait le candidat du PS), ce qui le place à la quatrième place, juste devant Jean-Luc Mélenchon.

Ce sondage confirme les autres enquêtes d’opinion similaires à savoir que François Bayrou plafonne à 13% des intentions de vote, qu’il est loin de pouvoir prétendre se qualifier pour le second tour.

De même, depuis sa première tentative en 2002, sa candidature n’a jamais convaincu une majorité de Français, tant sur sa capacité à être président et sur celle d’en être un bon.

Autre confirmation de ce sondage, la popularité des personnalités de l’axe central qui, une nouvelle fois, se placent aux premières places et qui, pour les deux premiers, sont les seuls politiques à être vus plus de manière positive que de manière négative.

A un an de la présidentielle, la vague populiste et démagogique reste cantonnée au score important de Marine Le Pen et à celui, limité, de Jean-Luc Mélenchon.

En revanche, elle ne touche pas encore les grands partis, ni ne menace d’élire un populiste démagogue, Marine Le Pen se faisant battre dans tous les cas de figure par son adversaire au second tour.

(Sondage Odoxa réalisé les 14 et 15 avril 2016 par internet auprès d’un échantillon de 949 personnes de plus de 18 ans représentatif de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)

Alexandre Vatimbella

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme, #centriste, #centre, #Mouvement démocrate, #François Bayrou, #présidentielle 2017

Partager cet article

Repost 0