Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux dires des commentateurs, le programme économique qu’Alain Juppé a dévoilé le 10 mai – «Cinq ans pour l’emploi» – est largement d’inspiration libérale.

En cela, il ressemble fortement à ceux que proposent les autres principaux candidats à la primaire de LR, Nicolas Sarkozy, François Fillon et Bruno Le Maire.

Même si la référence libérale n’est pas un anachronisme pour un parti de droite, elle l’est pourtant largement pour le parti néogaulliste et pour des candidats qui n’ont jamais brillé par leurs convictions en la matière.

Chiraquiens et donc antilibéraux, tels ont été Juppé, Sarkozy et Le Maire, ce dernier par le biais de son mentor, Dominique de Villepin.

Quant à François Fillon, son gaullisme social qu’il partageait avec Philippe Séguin, n’avait pas de grandes accointances avec le libéralisme économique.

Mais, comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis…

Il est à noter, tout de même, qu’Alain Juppé a expliqué qu’il était devenu libéral «par pragmatisme», sous-entendu, qu’il n’est pas un vrai libéral (et qu’il pourrait ne plus l’être si la nécessité ne s’en faisait plus sentir) mais que la situation économique et sociale de la France impose qu’il le soit.

Une sorte d’utilitarisme – «J’ai réfléchi à la politique que je veux conduire en pensant à son utilité pour la France et non aux paillettes», a-t-il écrit – et d’empirisme assez éloignés du capitalisme étatique et dirigiste gaulliste.

Car son nouveau crédo est «Je crois à l’efficacité de l’esprit d’initiative, de la liberté d’entreprise, de la responsabilité individuelle».

D’ailleurs, Alain Juppé ne s’est pas mis dans les pas du général mais, étonnamment, dans celui qui fut un des adversaires déterminés de celui-ci, Pierre Mendès-France puisque la phrase en conclusion de son programme économique, «Les électeurs valent mieux que ce que pensent les démagogues» vient de l’ancien président du Conseil de la IV° République.

De même, il aime à citer une autre phrase de Mendès, «Gouverner, c’est choisir».

Rappelons tout de même que Pierre Mendès-France n’était pas un libéral mais un homme de centre-gauche attaché aux politiques économiques plutôt keynésiennes…

Pour autant, la volonté d’Alain Juppé sera de créer un «choc» dès son élection avec la retraite à 65 ans, la suppression de l’impôt sur la fortune, la durée du travail à 39 heures, une hausse de un point de la TVA et une réforme du code du travail pour créer un nouveau contrat de travail à durée indéterminée.

En revanche, il ne prévoit pas tout de suite une baisse des impôts des particuliers.

En outre, il y aura des allocations-chômage dégressives, le plafonnement des aides sociales et une volonté affirmée de maîtriser les dépenses de santé avec l’obligation de présenter un budget de la sécurité sociale en équilibre, voire en excédent.

Du côté de l’Etat, Alain Juppé prévoit, notamment, entre 85 et 100 milliards d’euros d’économie dans les dépenses publiques sur cinq ans avec une baisse drastique du nombre de fonctionnaires (entre 250.000 et 300.000), un allègement des missions de l’Etat (dont certaines seront sous-traitées et externalisées), une dématérialisation de nombre de procédures (grâce à internet).

Concernant l’Union européenne, il veut défendre l’euro, faire une harmonisation fiscale, assurer une meilleure cohérence des systèmes sociaux et poursuivre l’intégration.

Sur le traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe, il ne dit pas non mais estime que si c’est nécessaire, il ne faudra pas l’adopter.

Pour Edouard Philippe, le député-maire du Havre et soutien d’Alain Juppé, la philosophie de ce programme est de retrouver le plein-emploi, donc la croissance.

Une croissance que Juppé estime possible autour de 2% dans une interview aux Echos.

Quant à savoir comment il mettra en pratique ce programme, il explique, toujours aux Echos:

«Nous nous donnerons six mois pour mettre en œuvre la dizaine d’ordonnances que nous sommes déjà en train de préparer. Nous gouvernerons aussi avec des ministres stables – entre 10 et 15, pas plus – qui seront les patrons de leur administration et pas de gentils organisateurs de sorties dominicales. Ils devront, sur le modèle anglais, rendre compte régulièrement.»

Ce programme libéral et réformiste, a fait réagir François Bayrou au micro de BFM-TV:

«Alain Juppé a dit une phrase que je crois fondamentale et qui est d’ailleurs dans le droit fil de sa proposition au pays: ‘Je ne suis pas là pour casser la société française et je veux réformer sans briser’. Je trouve que c’est marqué au coin non pas seulement du bon sens mais de la nécessité. Il y a des millions de foyers qui s’interrogent pour eux-mêmes et pour leur avenir et il faut leur montrer un chemin crédible».

Une réaction qui vaut soutien.

Mais ce programme peut-il être considéré, pour autant, comme centriste?

L’équipe d’Alain Juppé a, bien évidemment, expliqué qu’il était avant tout de droite.

Quant à l’intéressé lui-même, même s’il s’est mis sous les auspices centristes en citant l’«équilibre» fait d’«un changement profond de notre modèle» mais sans «casser la baraque »

Un équilibre que, selon lui, on doit attendre d’un chef de l’Etat, «avoir une vision à long terme, être à l’écoute de ses concitoyens», même s’il a ajouté le commandement droitiste traditionnel «et puis, le moment venu, faire preuve de volonté et d’autorité».

Quoi qu’il en soit, l’ensemble des réformes que veut mettre en place le maire de Bordeaux sont nécessaires et leurs inspirations libérales sonnent bien aux oreilles des centristes, tout comme sa volonté de privilégier l’offre à la demande dans la situation actuelle.

Cependant, il est vrai que son programme manque singulièrement d’un volet social, à part vouloir relever le quotient familial.

Mais il rétorquera qu’il faut d’abord assainir le cadre économique et relancer la croissance avant de vouloir s’occuper du modèle social français qui est de plus en plus en déshérence et qui risque de péricliter si les décisions responsables ne sont pas prises, surtout mises effectivement en place.

A gauche, évidemment, beaucoup parlent déjà d’«ultralibéralisme» et se préparent à jouer les défenseurs de ce modèle social.

Si l’on est conscient que le programme de Juppé – comme tous les programmes électoraux – ne seront jamais mis en place dans leur totalité, alors on peut considérer qu’il va dans le bon sens et qu’il suit une des préoccupations principales des centristes qui est de remettre en route le pays.

Mais si un coup de barre fort et puissant doit être fait pour libérer les énergies, cela ne pourra se faire que si, in fine, tout le monde est gagnant, dans cette optique centriste du juste équilibre.

Et là, Alain Juppé doit encore dévoiler où il veut emmener le pays, c’est-à-dire qu’il doit dire qu’elle est sa vision pour la France, le seul moyen de mobiliser réellement toute la société.

Une obligation qui s’adresse d’ailleurs à tous les candidats à la présidentielle.

Alexandre Vatimbella

Tag(s) : #centrisme, #centriste, #centre, #alain juppé, #axe central, #François Bayrou, #Mouvement démocrate, #UDI, #présidentielle 2017

Partager cet article

Repost 0