Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est faux de dire qu’il n’y a que deux partis politiques aux Etats-Unis.

Il y en a autant, voire plus, que dans les autres démocraties.

On trouve des partis communistes (dont le Communist party USA), des partis socialistes (dont le Socialist party USA), des partis centristes (comme le Modern whig party), un parti libertairien (Libertarian party), un parti écologiste (Green party), des partis d’extrême-droite et d’extrême-gauche comme le Socialist workers party ou le parti nazi, National socialist movement.

Mais il est vrai que le Parti démocrate et le Parti républicain dominent outrageusement la vie politique étasunienne.

C’est pourquoi, lorsque Bernie Sanders, socialiste revendiqué, se présente à l’élection présidentielle, il préfère concourir à la primaire démocrate que de se présenter sous la bannière du parti socialiste.

De même, le libertarien Rand Paul a préféré concourir à la primaire républicaine plutôt que de se présenter à celle du Libertarian party.

Résultat, les deux grands partis couvrent, chacun, un large spectre de l’échiquier politique.

Du côté républicain, jusque récemment, cela allait de l’extrême-droite au centre-droit, voire au centre.

Aujourd’hui, la tendance centriste chez les républicains est devenue quasi-inexistante.

Du côté démocrate, cela va de l’extrême-gauche au centre.

Ainsi, pour la primaire actuelle, les deux candidats représentent deux grandes tendances qui agitent le parti depuis le début du XX° siècle, surtout les deux seules restantes depuis le départ de l’aile conservatrice (et souvent raciste) des démocrates du sud, les «dixicrats», à la fin des années 1960 pour rejoindre les républicains.

Si en matière sociétale, les deux ailes démocrates sont libérales, la ligne de partage entre la tendance de gauche et celle du Centre se fait surtout sur la politique économique et sociale ainsi que sur la politique étrangère.

Ainsi, il y a une vraie différence entre les propos de Bernie Sanders et le programme d’Hillary Clinton.

Le premier parle d’interventionnisme étatique, de redistribution sociale, de lutter contre les milliardaires, de prendre nombre de mesures protectionnistes et d’installer une social-démocratie européenne aux Etats-Unis, tout en indiquant que le rôle de l’Amérique dans le monde ne sera plus celui d’une grande puissance qui se mêle de toutes les affaires de la planète et qu’il mettra un frein à la globalisation.

La deuxième, elle, parle, d’opportunités, de libéralisme économique, de solidarité sociale et veut libérer les énergies entrepreneuriales, tout en affirmant que les Etats-Unis continueront à être les leaders du monde libre et qu’ils prendront toutes leurs responsabilités dans la mondialisation.

C’est évidemment la différence entre un programme de gauche et un programme centriste.

Actuellement, la majorité du Parti démocrate est sur la ligne politique d’Hillary Clinton comme viennent de le montrer le résultat des primaires du mardi 26 avril où celle-ci a remporté quatre scrutins sur cinq dont la Pennsylvanie et le Maryland.

Elle est désormais pratiquement assurée d’être la candidate du parti le 8 novembre prochain, démontrant que les démocrates ont choisi une nouvelle fois une ligne modérée, pragmatiste et basée sur le réel.

Il faut dire qu’ils ont essuyé de sévères échecs quand ils lui ont tourné le dos, préférant des candidats marqués à gauche.

Pour autant, la ligne socialiste et social-démocrate n’a pas été enfoncée, loin de là.

Et même si elle a bénéficié du fait que Sanders était le seul opposant à Clinton, ce qui a apporté des voix au sénateur du Vermont qui se seraient portées sur des candidats moins à gauche s’il y en avait eu, Hillary Clinton va devoir récupérer tous ceux qui soutiennent Sanders.

Sa chance est qu’elle aura en face d’elle un populiste démagogue comme Donald Trump qui a remporté facilement les cinq primaires républicaines du 26 avril, ce qui fait de lui, désormais l’ultra-favori pour être le candidat du parti.

Car les sondages le disent, les pro-Sanders voteront pour Clinton contre la menace Trump.

Mais même si c’était par un hasard extraordinaire Ted Cruz, son extrémisme de droite et son personnage largement détesté par une majorité d’Américains en fait un repoussoir encore plus puissant pour les électeurs démocrates, «independents» et républicains modérés.

Surtout que, dans une dernière tentative pour survivre dans cette élection, il vient de choisir celle qui serait sa vice-présidente, Carly Fiorina, une républicaine très à droite et controversée qui a été une dirigeante d’entreprise, à la fois, très antipathique et aux résultats catastrophiques, ce qui ne devrait pas l’aider beaucoup s’il se présentait le 8 novembre prochain.

Alexandre Vatimbella

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme, #centriste, #centre, #Etats-Unis, #Hillary Clinton, #Bernie Sanders, #Parti démocrate, #Parti républicain, #présidentielle 2016

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :