Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

«Après les attentats du 11 septembre, démocrates et républicains, nous ne nous sommes pas affrontés les uns les autres, mais nous nous sommes tous unis pour affronter le danger.»

Voilà ce qu’Hillary Clinton a déclaré lors d’un meeting à Cleveland dans l’Ohio, un peu plus de vingt-quatre heures après le massacre dans une boite de nuit gay d’Orlando qui a fait 50 morts et 53 blessés.

Et la centriste a espéré que les républicains feront ce qu’ont fait les démocrates en 2001 lors de l’effondrement des deux tours du World Trade Center, s’unir derrière le président place, George W Bush alors, Barack Obama aujourd’hui.

Mais c’était évidemment sans compter sur le populiste démagogue Donald Trump qui, au lieu de jouer la solidarité, a tenté de manière éhontée et par le mensonge de profiter de la situation.

Ainsi, il a demandé rien de moins que la démission de Barack Obama et le retrait de la campagne d’Hillary Clinton.

Puis, il a prétendu que le terroriste était né en Afghanistan alors qu’il est né à New York et donc était de nationalité américaine de naissance et a affirmé que son père avait fait allégeance aux Talibans, ce qu’aucune preuve ne vient étayer.

Sans oublier qu’il a déformé les propos de Clinton, lui faisant dire ce qu’elle n’avait pas dit…

L’irresponsabilité à son plus haut degré.

De son côté, Hillary Clinton a développé dans son discours tout un plan d’action pour éviter de nouveaux attentats de ce genre avec des propos très fermes notamment contre ceux qui financent les organisations comme l’Etat islamique, Al Qaida ou les Talibans, c’est-à-dire les Saoudiens, les Koweitiens et les Qataris en demandant à leurs gouvernements respectifs d’intervenir.

De même, elle a assuré qu’elle se battrait de toutes ses forces pour imposer un contrôle beaucoup plus strict sur la vente des armes à feu, l’interdisant pour tous ceux qui ont affaire au FBI ou qui ont des problèmes psychologiques.

En outre, elle ses prononcée une nouvelle fois contre la vente de fusils d’assaut comme celui qu’ont utilisé les tueurs de San Bernardino, d’Orlando mais aussi de Sandy Hook où vingt jeunes enfants avaient été tués par un malade mental.

Et à l’inverse de Trump – dont elle n’a pas nommé le nom une seule fois –, avec des accents centristes, elle a prôné l’unité du peuple américain en affirmant que «Nous sommes plus forts quand plus de gens peuvent participer à notre démocratie et nous sommes plus forts quand nous permettons à tous de partager les fruits de notre réussite économique».

Mais aussi en déclarant «Nous ne sommes pas un pays de gagnants et de perdants mais un pays où chacun doit pouvoir réaliser son potentiel dans l’égalité de tous».

En outre, elle a refusé de stigmatiser la communauté musulmane américaine en rappelant que George W Bush avait fait de même après les attentats du 11 septembre.

Enfin, elle a terminé son discours par cette promesse, «Nous remporterons le combat contre le terrorisme».

Alexandre Vatimbella

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme, #centriste, #centre, #Etats-Unis, #Hillary Clinton, #Barack Obama, #présidentielle 2016, #démocratie républicaine

Partager cet article

Repost 0