Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les appels du pied du Nouveau Centre (qui veut organiser un congrès de refondation avec lui) et des anciens centristes ralliés à l’UMP (qui veulent organiser des états généraux du centre avec lui) ainsi que les contacts amicaux gardés avec les centristes du Mouvement démocrate (qui rejoignent nombreux son parti, l’Alliance centriste) démontrent que, non seulement, Jean Arthuis a eu raison de mener depuis trois ans un combat pour l’union du Centre mais aussi qu’il est le seul aujourd’hui des leaders centristes à posséder cette légitimité nécessaire pour être l’animateur et le fédérateur de cette entreprise de refondation du Centre pour laquelle il a fondé avec ses amis l’Alliance centriste en juin 2009.

«Comb ien de divisions?», vont demander immédiatement les cyniques (et les jaloux). Mais ici, il n’est nullement question de chiffres mais d’une vision et de valeurs ainsi que de fidélité politique. De ce point de vue, la légitimité de Jean Arthuis est évidente et peu contestable.

Quand le sénateur de la Mayenne s’est lancé dans le combat l’année dernière en fondant l’Alliance centriste après avoir essayé vainement de refaire vivre l’UDF, peu ont cru en lui et des sourires condescendants venus du Nouveau Centre, du Mouvement démocrate et de l’UMP ont accompagné cette entreprise à laquelle il s’est voué entièrement par fidélité à ses idées et non pour une quelconque ambition personnelle.

Bien sûr, l’Alliance centriste a eu du mal à trouver son rythme de croisière. Toutefois, il faut se rappeler que Jean Arthuis désirait prioritairement donner du contenu au nouveau parti avant de partir à la conquête des électeurs et de proposer aux centristes de se réunir sous une nouvelle bannière. Mais qui pourrait le critiquer sur ce point lorsque l’on voit l’actuel désert centriste en la matière et la déconfiture du Centre aux régionales du fait même d’une identité perdue et d’un message devenu inaudible parce vidé de son sens, cette société équilibrée et cette économie sociale de marché dont la France a tant besoin en ces temps difficiles.

L’attention portée à Jean Arthuis est de bon augure pour la refondation centriste et prouve qu’il a bien une place centrale dans celle-ci. Néanmoins il ne faudrait pas qu’il se fasse phagocyter par des entreprises qui ressemblent parfois à des ambitions personnelles ou qui sont lancées pour récupérer uniquement cette légitimité à des fins électoralistes. Heureusement, Jean Arthuis n’est pas homme à se faire berner de la sorte. Il lui reste, sans doute, à se persuader qu’il est vraiment l’homme de la situation. En se demandant, par exemple, si quelqu’un pourrait prétendre être plus légitime que lui…

Alexandre Vatimbella

Voir le site Le Centrisme

Partager cet article

Repost 0