Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si l’économie française était en croissance et créait de nombreux emplois, si la classe moyenne voyait ses revenus augmenter et se sentait en sécurité, si la jeunesse pensait que ses rêves avaient des chances de se réaliser, si les Français se sentaient en confiance dans une France européenne cappable de faire entendre sa voix et de proposer un vrai projet d’avenir tout en relevant les défis humanistes du XXI° siècle, alors l’affaire Cahuzac serait ce qu’elle est en grande partie, un fait divers affligeant d’un homme seul comme il y en a souvent.

Oui mais voilà, ce n’est pas le cas.

Alors, quand tout (ou presque) va mal du point de vue des citoyens, quand ils n’ont pas confiance dans le présent (et encore moins dans l’avenir), ce genre d’affaires cristallisent l’ensemble des frustrations, que les causes soient réelles ou non.

De même, lorsque les politiques n’ont que peu de résultats concrets à offrir et qu’ils sont contestés sur leurs compétences, les voilà qui nous parlent de ce qui leur tombe sous la main, aujourd’hui de la moralisation de la vie politique et même de la vie tout court.

Et ils sont relayés jusqu’à l’overdose par des médias où le superlatif est devenu le gage de l’engagement à dire tout la vérité, rien que la vérité que, bien entendu, ils sont les seuls à délivrer honnêtement.

D’autant que pour ne pas se faire doubler par tout ce qui circule sur la toile qui charrie tout et n’importe quoi, ils ont également choisi d’être les premiers à reprendre n’importe quelle info au lieu de se demander, d’abord, si elle est vraie ou, simplement, crédible.

A force de sondages dont les questions sont évidemment libellées en vue de conforter la thèse du «tout fout le camp» et du «tous pourris», la boucle est enfin bouclée: on vous a dit que tout allait mal et vous nous dites, en retour, tout va mal.

Fermer le ban.

Cela fait-il une crise de régime et, sœur Anne, voyez-vous venir une possible révolution?

Bien sûr, l’Histoire nous enseigne que le pire est toujours possible. Les ennemis de la démocratie libérale aiment ces atmosphères sombres.

Mais elle nous dit aussi que ceux qui crient au loup sont souvent ceux qui l’ont fait entrer dans la bergerie ou, même, les loups eux-mêmes déguisés en bons samaritains.

La «respectabilité» de Mélenchon, c’est le PS qui lui a donnée et la «banalisation» des thèses du Front national doit beaucoup à leur promotion par l’UMP.

Cependant, au lieu de nous tourner vers des boucs émissaires, si nous étions vraiment dans cette crise de régime, l’honnêteté serait de dire que les responsables, c’est nous tous!

Nous oublions un peu vite que nous vivons en démocratie et tous les élus de la république, oui, tous sans exception, l’ont été grâce à nos voix.

Un président de la république ne peut nommer un premier ministre qui nommera des ministres que parce qu’il a été élu par les Français au suffrage universel direct.

Jérôme Cahuzac est devenu député grâce aux électeurs de sa circonscription.

Oui, la démocratie c’est nous et cela nécessite autre chose que de mettre de temps en temps un bulletin de vote dans une urne ou de se plaindre par sondages interposés.

La démocratie, c’est un peuple responsable à tous les niveaux. C’est sa beauté mais aussi son exigence.

Si les Français sont écœurés par les politiques, il faut qu’ils le soient également par leurs comportements en la matière, par leur légèreté à élire n’importe qui, à ne pas s’investir suffisamment dans les rouages de la démocratie par le biais de tous les relais qui peuvent exister (partis politiques, syndicats, associations, etc.), en faisant confiance sans se renseigner, en n’étant pas assez mobilisés en tant que citoyens.

Cela ne veut pas dire que ceux qui sollicitent un mandat de leur part doivent être exonérés de leurs agissements lorsque ceux-ci sont irresponsables voire délictueux, bien au contraire.

Néanmoins, des citoyens passifs ne peuvent se plaindre d’être abusés car ils se sont abusés eux-mêmes.

Il ne s’agit pas de faire le travail des élus à leur place. Nous sommes dans un régime démocratique dit «représentatif» où nous donnons mandat à ces derniers pour qu’ils consacrent tout leur temps à administrer la société.

Non, mais nous devons sans cesse nous renseigner (sans information pas de démocratie) et contrôler leur action (sans contrôle du pouvoir pas de république).

C’est cela la démocratie républicaine représentative et participative que prônent le Centre et le Centrisme.

Rappelons enfin que la démocratie n’est pas un système figé mais qu’il évolue constamment et qu’il doit être réformé continuellement pour être adapté aux données du présent et qu’il doit anticiper souvent les évolutions futures.

Faire vivre la démocratie, c’est notre devoir d’hommes et de femmes libres.

Alexandre Vatimbella

 

Voir le site Le Centrisme

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :