Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au risque de se faire insulter et amalgamer, posons les bonnes questions au moment où médias et classe politique s’émeuvent à juste titre de ce fait divers où un militant d’extrême-gauche est décédé lors d’une bagarre avec des militants d’un groupe skin d’extrême-droite.

Avant tout chose, être centriste c’est regretter et condamner la mort d’un jeune homme parce que celui-ci avait des convictions politiques.

Aucun humaniste ne peut concevoir le débat politique dans la violence et l’agression, qu’elles soient verbales ou physiques.

De même, les groupes skins, quels qu’ils soient, ont toujours été des menaces pour la liberté et la sécurité des personnes.

Ayant dit cela, les réactions à cet homicide (que l’on ne peut encore qualifier de meurtre, ni d’assassinat, le premier supposant la volonté de tuer et le second la préméditation) dont on ne connait pas encore tous les tenants et les aboutissants sur sa survenance, doivent interpeler les centristes dans leur démesure émotionnelle et la diabolisation idéologique d’un extrême vis-à-vis d’un autre.

Car, oui et malgré ce décès tragique, les extrêmes, qu’ils soient de gauche ou de droite, basés sur des idéologies totalitaires dont on a vu les crimes lorsqu’elles ont été mises en œuvre concrètement, sont également condamnables parce qu’ils dénient à leur ennemis politiques, c’est-à-dire tous ceux qui ne pensent pas comme eux, la qualité de personne, fondamentale dans la vision humaniste du Centrisme.

Et posons donc les bonnes questions.

La dictature communiste est-elle plus humaine que la dictature fasciste?

Staline était-il meilleur qu’Hitler?

Mao est-il moins scélérat que Franco?

Fidel Castro à Cuba était-il un dictateur plus acceptable que le général Pinochet au Chili?

Les camps de concentration communistes étaient-ils moins ignominieux que les camps de concentration nazis?

Le génocide des khmers rouges au Cambodge était-il moins monstrueux que celui des juifs par les nazis?

Les violences de l’extrême-gauche sont-elles plus compréhensibles que celles de l’extrême-droite?

Les insultes des l’extrême-gauche sont-elles moins ordurières que celles de l’extrême-droite?

Les assassinats politiques d’Action directe, de la Fraction armée rouge (Bande à Baader) et des Brigades rouges ont-ils été moins criminels que ceux de l’OAS, des Noyaux armés révolutionnaires (italiens) ou d’Honneur de la police?

A toutes ces questions, la réponse d’un humaniste est: non.

Non, quand on est un défenseur de la démocratie républicaine assise sur les valeurs de la liberté, du respect, de la solidarité et de la tolérance, sur le principe du juste équilibre et celui de l’égalité de toute personne vis-à-vis d’une autre.

Et oui, il faut poser ces bonnes questions encore et toujours.

Alexandre Vatimbella

 

 

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme

Partager cet article

Repost 0