Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par une tactique qu’il pensait subtile, Jean-Louis Borloo a refusé d’aligner a priori la position de l’UDI sur celle de l’UMP en votant automatiquement la motion de censure déposée par cette dernière ce mercredi 20 mars à l’Assemblée nationale et en tentant de faire porter le chapeau de cet alignement pourtant probable au refus du premier ministre, Jean-Marc Ayrault, de répondre aux demandes qu’il lui avait faites, notamment en matière de politique du logement et de services à la personne ainsi que d’arrêt des augmentations d’impôts.

Du haut de la tribune du Palais Bourbon, le président de l’UDI a, dans un discours assez déstructuré et pris d’une certaine excitation, tenté de donner une consistance à ce qu’il appelé, par un oxymore dont les politiques ont le secret, une «opposition constructive et résolue»…

Brandissant un sondage dans lequel, selon lui, les Français approuvaient toutes ses demandes, il a, in fine, déclaré que son groupe voterait la censure.

Au-delà de cette prestation parfois touffue, il était évident, dès le départ, que l’UDI voterait la motion de censure et que les demandes de Jean-Louis Borloo seraient ignorées par Jean-Marc Ayrault ce qui permettrait de justifier cette décision.

Personne ne pouvait être dupe.

Dès lors, on peut se demander si Jean-Louis Borloo et ses acolytes de l’UDI ont bien une stratégie compréhensible et constructive pour exister entre le PS et l’UMP, stratégie qui consiste à être l’allié naturel de l’UMP sans pour autant s’aligner sur ses positions tout en donnant des gages de fidélité...

C’est bien un grand écart auquel doit se livrer l’UDI et son leader afin d’affirmer sa spécificité face à l’UMP tout en demeurant son partenaire politique et électoral.

En écoutant Jean-Louis Borloo à l’Assemblée nationale, on a bien compris l’alliance UDI-UMP, on a moins relevé l’originalité de la position de l’UDI face à celle de l’UMP.

Cela n’est guère étonnant car nous sommes dans une situation paradoxale créée par Jean-Louis Borloo et dans laquelle il est en train de se pièger lui-même.

En déclarant lors de la fondation de l’UDI que la seule alliance possible et envisagée était avec l’UMP, il s’est autolimité dans sa recherche d’une différence qui ferait que des électeurs de centre-gauche ou de centre-droit préfèrent voter UDI plutôt que PS ou UMP.

Pouvait-il faire autrement alors qu’il a été un fidèle collaborateur de Jacques Chirac puis de Nicolas Sarkozy, membre de l’UMP pendant des années?

C’est pourquoi sa volonté d’être le représentant du Centre posait un problème et continue de le poser.

C’est sans doute également la raison pour laquelle François Bayrou bénéficie toujours d’un espace politique que Jean-Louis Borloo n’est pas capable de lui disputer et d’investir de par son choix de positionnement politique très proche, en réalité, de celui de l’UMP.

Est-ce que cette stratégie peut ouvrir un espace politique assez grand et assez pérenne pour faire de l’UDI un parti politique de premier ordre pour les années à venir? Il est bien sûr trop tôt pour en tirer une conclusion définitive qui sera apportée lors des prochains scrutins nationaux, que ce soit les municipales ou les européennes.

Reste que les électeurs centristes ont de quoi s’interroger sur la pertinence de celle-ci.

Alexandre Vatimbella

 

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme

Partager cet article

Repost 0