Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le juste équilibre est le principe premier d’une vision politique centriste.

Il s’applique, entre autres, dans le débat sécurité-liberté qui est au cœur de la démocratie républicaine.

S’il ne peut y avoir de démocratie sans liberté, il ne peut y en avoir, non plus sans sécurité.

La sécurité garantit la liberté.

Pour jouir et user de sa liberté, il faut être en sécurité.

Et cette équation est encore plus prégnante pour tous ceux qui ne sont pas en haut de l’échelle sociale.

De même, une démocratie se doit de se protéger contre les risques d’agressions extérieures.

Et la communauté mondiale démocratique doit unir les efforts de tous ses membres pour en faire de même.

Tout ceci n’est que du réalisme et du pragmatisme face aux dangers qui menacent depuis toujours le système démocratique.

Quant à l’angélisme qui veut que personne ne peut en vouloir à la démocratie qui ne peut avoir d’ennemi ou se montrer agressif vis-à-vis d’un pays démocratique, l’histoire en a montré l’inanité et la dangerosité.

Enfin, dans une démocratie républicaine, seule une institution communautaire peut assurer cette sécurité pour tous: le gouvernement central au niveau d’une entité étatique et tous les échelons intermédiaires ensuite selon les traditions de chaque pays.

Ayant dit cela, il faut donc trouver ce fameux juste équilibre tout en ne tournant pas le dos aux valeurs de la démocratie mais aussi en ne niant pas les réalités dans lesquelles nous vivons et qui ne sont pas les mêmes selon les époques (tout en pointant les permanences des rapports de force).

Si on se place dans le cadre de la démocratie représentative, il est évident que, quelles que soient les règles adoptées, les élus du peuple doivent avoir la capacité de contrôler les mesures de sécurité mises en place afin que celles-ci ne viennent pas annihiler la liberté mais la servent et la protègent.

Quant au fil rouge qui doit animer les responsables politiques dans l’élaboration délicate de ce juste équilibre, il doit évidemment privilégier la liberté car c’est en son nom que les mesures de sécurité sont prises dans une démocratie.

Cela ne signifie nullement qu’in fine se soit toujours plus de liberté pour moins de sécurité mais cette dernière ne peut-être légitime que si elle est incontournable afin d’assurer l’intégrité de l’individu et/ou de la communauté.

Tout ceci nous ramène évidemment aux mesures anti-terroristes prises ces dernières années aux Etats-Unis qui sont actuellement l’objet de critiques de la part de nombreux politiciens et de médias à travers le monde depuis les «révélations» récentes d’un ancien agent de la CIA, Edward Snowden.

Il faut rappeler d’abord que le travail controversé de la NSA (National security agency, l’agence fédérale qui est en charge des programmes de sécurité nationale dont, en particulier, ceux d’écoute afin de détecter les possibles attaques contre le pays) est contrôlé depuis toujours par le Congrès américain, celui-ci étant non seulement au courant de ce qui se passe mais c’est lui qui autorise ces contrôles.

On est bien dans le contrôle démocratique exercé par les élus du peuple dont nous parlions plus haut.

Ce que Snowden a «dénoncé» comme étant un Big brother qui a un œil sur tous les faits et gestes de tout un chacun (ce qui est faux selon les élus du Congrès) est un programme tout à fait légal et voté par le Congrès des Etats-Unis.

Ensuite, il est important de savoir si ces mesures sont liberticides au point que leur mise en œuvre fait plus de mal à la démocratie qu’elle ne lui en fait du bien.

Evidemment, nous ne savons pas tout de ce qui se passe réellement mais la surveillance telle qu’elle est autorisée – et qu’aucune preuve sérieuse, pour l’instant, n’a démontré qu’elle est un paravent pour des agissements répréhensibles – possède la légitimité nécessaire face aux risques terroristes internes et externes concrets qui planent sur les Etats-Unis.

De leur côté, les citoyens américains à une majorité de 56% sont d’accord avec ces programmes de la NSA selon les derniers sondages

Quant à Snowden, ils sont pour l’instant dans l’expectative et dans l’attente d’informations pour se déterminer afin de savoir s’il est un «traitre» ou un «patriote». 46% d’entre eux déclare ne pas savoir tandis que 31% pensent qu’il est patriote et 23% un traitre.

Toujours est-il que, selon de nombreux experts interrogés par les médias, la mise sous les projecteurs de ces programmes va rendre le travail de surveillance et d’appréciation du risque terroriste plus difficile et tous les efforts réalisés jusqu’à présent moins efficaces à court terme.

La liberté est un bien inestimable et son existence pour les citoyens des pays démocratiques n’est pas négociable.

Néanmoins, cette liberté, s’il elle permet légitimement de débattre du juste équilibre entre liberté et sécurité notamment dans les médias, ne peut être invoquée afin d’affaiblir ces mêmes pays démocratiques face aux ennemis, non pas de l’Occident, mais de la liberté elle-même.

Si l’on ne peut aller jusqu’à la sentence définitive de Saint-Just, «pas de liberté pour les ennemis de la liberté» et à toutes les conséquences radicales qu’il y attachait, on peut tout de même affirmer que les pays démocratiques ne doivent pas permettre à la liberté des ennemis de la liberté de détruire celle-ci sans essayer de la protéger et de la garantir dans un monde où ces ennemis sont en très grand nombre et déterminés à user de la violence extrême pour l’abattre sans aucun état d’âme.

Alexandre Vatimbella

 

 

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :