Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après le discours sur l’état de l’Union (SOTU, State Of The Union address) du 12 février, les comptes-rendus et autres commentaires ont, une nouvelle fois, cherché à savoir où se trouvait Barack Obama, à droite (conservative), à gauche (liberal) ou au centre (centrist) de l’échiquier politique.

Cette obsession mise par certains à «découvrir» le positionnement politique du président des Etats-Unis alors qu’il débute son second mandat à la Maison blanche semble assez étonnant.

Pour tenter de qualifier l’engagement politique d’Obama, la plupart des commentateurs et des médias définissent ce centre de l’échiquier politique comme se trouvant à équidistance des positions du Parti républicain et de celles du Parti démocrate.

Ils font évidemment une grave erreur, ce qui aboutit à ce complet contresens sur ce qu’est le Centre, c’est-à-dire un milieu imprécis et indéterminable, ce fameux «marais» dont parlaient ses adversaires lors de la Révolution française.

Car, dans leur définition étriquée, ces commentateurs et médias américains confondent centriste et bipartisan (et induisent en erreur la plupart des journalistes étrangers dont beaucoup ont déjà une vision biaisée du Centre…).

Cet amalgame abusif vient d’une volonté de donner une vue soi-disant objective du paysage politique, en l’occurrence celui es Etats-Unis mais, au-delà, également de celui de la démocratie en général.

Dès lors, associer les termes «bipartisan» et «centriste» revient à faire du centriste, une sorte de personnage modéré et hésitant qui ne se positionne dans une sorte de milieu, entre deux chaises en quelque sorte.

Or rien n’est plus faux.

Un centriste se place non pas au milieu de la Droite et de la Gauche mais dans un juste équilibre qui se définit en lui-même et non par rapport à d’autres positionnements.

Il peut et il doit rechercher un consensus puisqu’il a comme approche de chercher par ce juste équilibre à contenter tout le monde dans la mesure du possible.

Mais si des partis à droite ou à gauche sont tellement polarisés vers les extrêmes (ce qui est le cas du Parti républicain actuellement aux Etats-Unis), il ne peut évidemment pas se rapprocher de leurs positions sans quitter lui-même cette ligne du juste équilibre.

Par conséquent, ce n’est pas parce que la Droite ou la Gauche accusent un centriste d’être à gauche ou à droite que cela est une réalité. Pourtant c’est ce qui est arrivé à Barack Obama par une sorte de propagande de dénigrement constante de l’ensemble du Parti républicain et plus particulièrement de sa frange la plus extrême où l’on retrouve le Tea Party et les évangélistes de droite (notons qu’une propagande, moins hargneuse, est menée par les cercles de gauche pour présenter Obama comme un conservateur).

En réalité, Barack Obama se trouve au centre de l’échiquier politique américain et défend des positions centristes. Il ne s’est déporté ni vers sa droite, ni vers sa gauche.

En revanche, le Parti républicain s’est lui déporté nettement sur sa droite alors que, dans le même temps, une majorité des membres du Parti démocrate s’est rapprochée des thèses centristes (une grosse minorité demeurant toujours à gauche).

Aujourd’hui, la plupart des hommes et femmes politiques centristes se trouvent au Parti démocrate et le peu qui demeurent au Parti républicain (nombre de républicains modérés ont décidé de quitter la politique) sont l’objet d’une quasi-constante chasse aux sorcières de la part des extrémistes de droite.

Bien entendu, rien n’empêche qu’un centriste soit bipartisan et c’est même une caractéristique de nombre de propositions du Centre que de pouvoir attirer à lui un certain nombre de voix de la Droite et de la Gauche grâce à ce juste équilibre.

Mais rien n’empêche, non plus, que les gens de droite ou de gauche soient bipartisans et même qu’ils le soient sans pour autant proposer de mesures équilibrées et défendues par le Centre dans cette situation bien connue où les extrêmes se rejoignent dans l’exagération nocive!

En outre, il est bon de rappeler que, dans son essence, et que ce soit de par ses racines libérales ou chrétiennes, le Centre est un progressisme car il souhaite, par la réforme continuelle, améliorer la société et faire en sorte que celle-ci soit en phase avec son époque afin de permettre à la personne de s’épanouir dans une communauté solidaire tout en s’appuyant sur des valeurs et des principes humanistes.

Dès lors, chaque fois qu’une mesure proposée est progressiste, elle n’est pas clivée politiquement comme voudraient le faire croire les conservateurs de tous bords.

En revanche, elle va à l’encontre des conservatismes clientélistes de la Droite (en matière sociétal particulièrement) et de la Gauche (en matière social généralement). Néanmoins, elle se trouve souvent en synergie avec les progressistes de droite et de gauche.

Revenons enfin à Barack Obama pour préciser que dans son discours sur l’état de l’union, il a de nouveau plaidé pour un meilleur gouvernement: «ce n’est pas un plus grand gouvernement dont nous avons besoin mais d’un meilleur gouvernement qui définit ses priorités et investit dans une croissance diversifiée».

Une profession de foi centriste, s’il en est…

Alexandre Vatimbella

 

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme

Partager cet article

Repost 0