Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un des thèmes de la campagne présidentielle sera l’indispensable «réindustrialisation» de la France ainsi que la nécessaire «relocalisation» d’un certain nombre d’activités industrielles sur son territoire. Tous les partis et tous les candidats, notamment ceux qui représenteront le Centre, se sont emparés de ce qui apparaît comme être «la» solution pour sortir, sur le long terme, de cette récession larvée qui produit du chômage à la pelle et plombe dangreusement les comptes de la nation.

De quoi parle-t-on au juste? Selon les politiques, notre pays mais aussi l’Europe auraient perdu, au fil des ans, leurs industries et les emplois qui vont avec. Résultat, une balance commerciale déficitaire (sauf en Allemagne qui, elle, a su garder ses entreprises) et un chômage massif.

Dès lors, renforcer le tissu industriel en recréant les activités que nous avons abandonnées et en faisant revenir sur notre territoire celles que nous avons délocalisées pour des questions de coûts, est un impératif qui ferait coup double, en donnant la capacité de faire rentrer des devises et de créer des emplois.

Cette vision n’est pas propre à la France mais court dans à peu près tous les pays avancés du monde. Elle semble aussi consensuelle aux Etats-Unis que dans les pays européens (même si les façons d’y parvenir divergent quelque peu selon le positionnement politique).

S’il y a du vrai dans cette volonté de créer de la richesse en réindustrialisant et en relocalisant, il ne faut pas, néanmoins, y voir la formule miracle pour enrayer le déclin supposé de l’Occident ou, plus simplement, pour initier une forte croissance.

D’abord, parce qu’il n’est pas sûr que nous puissions concurrencer les pays émergents dans nombre de secteurs, notamment ceux qui ne sont rentables qu’avec une main d’œuvre à bas coût. Il ne suffira pas de demander des efforts aux salariés en matière de salaire et aux consommateurs en matière de pouvoir d’achat (notamment par l’instauration d’une TVA sociale) pour y parvenir.

Ensuite, parce qu’il est faux de dire que l’Europe n’a plus d’industrie ainsi que se lamentent les politiques (mais que n’ont-ils faits pour éviter ce qu’ils présentent comme une situation apocalyptique?!).

Comme le fait justement remarquer Lionel Fontagné du CEPII (Centre d’études prospectives et d’informations internationales), il y a vingt ans, la part de l’industrie dans l’économie européenne était de 20% tout comme… aujourd’hui!

C’est le tissu industriel qui a changé. Si les usines produisant des biens de consommation de base et bas de gamme ont souvent disparu du paysage industriel, elles ont laissé la place à celles de secteurs de haute technologie porteurs où nous possédons des entreprises leaders.

Sans oublier que l’Europe et, en particulier la France, détient les deux tiers du marché mondial du luxe, un marché qui ne fait qu’augmenter d’années en années grâce… aux pays émergents.

Enfin, parce que nous peinons à soutenir nos PME qui sont les grandes pourvoyeuses d’emplois d’aujourd’hui et qui, à terme, sont, pour certaines, les grandes entreprises de demain.

Ainsi, comme l’estime l’économiste du CEPII, si nous devons nous attaquer à la réindustrialisation de la France et à la relocalisation sur son territoire de certaines activités, il nous faut, avant tout, soutenir et développer notre activité industrielle existante, en particulier les secteurs qui produisent le plus de richesse, d’emplois et de devises.

Les slogans sur cette réindustrialisation et ces relocalisations ne doivent pas devenir des figures incantatoires que le politique a inventé pour faire croire aux Français qu’il agit et qu’il va les sortir de leurs difficultés actuelles en deux temps et trois mouvements.

Les candidats centristes à la présidentielle, en particulier, ne doivent pas tomber dans le discours démagogique à ce propos mais doivent parler le langage de la réalité et du concret.

Celui-ci dit qu’il faut aider prioritairement et immédiatement nos entreprises industrielles existantes, en leur donnant véritablement les moyens d’exister et de se battre à armes égales dans l’arène de la mondialisation. En faisant cela, nous créerons rapidement des emplois et de la croissance.

Et, dans la durée, oui, recréons un tissu industriel fort par la réindustrialisation et les relocalisations qui donneront, à terme, des emplois et de la croissance (et sans que cela soit au détriment de nos secteurs de services où nous excellons).

Mais, attention. Dans la tête d’un certain nombre de politiques, c’est grâce à des mesures protectionnistes que l’on pourra y parvenir. Ils oublient un point fondamental. Pour que ces deux actions aient du succès, il faut, non seulement, un marché intérieur mais aussi des débouchés extérieurs.

Ces derniers se trouveront, dans les années qui viennent, majoritairement dans les pays émergents, comme c’est le cas pour l’industrie automobile, par exemple. Ce n’est pas en mettant des barrières face à leurs produits qu’on les incitera à jouer le jeu de la saine et vraie concurrence…

 

Alexandre Vatimbella

 

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme

Partager cet article

Repost 0