Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Peu après son élection comme nouveau secrétaire général du Parti communiste, de nombreux observateurs chinois avaient prévenus les étrangers: non seulement Xi Jinping n’a jamais été un démocrate mais il sera encore plus un communiste borné que ses prédécesseurs.

Beaucoup y ont vu une exagération.

Au vu de ce qui s’est passé ces derniers mois, ils avaient totalement raison. Malheureusement.

Comme le rappelait récemment le journaliste Jeremy Page dans le Wall Street Journal, en visite à Wuhan, la capitale de la province du Hubei, Xi Jinping «s’est rendu dans une villa au bord du lac où Mao Zedong passait ses étés dans les années 1950» et «a déclaré que cette villa devrait devenir un centre pour l’éducation des jeunes sur le patriotisme et la révolution».

Une semaine auparavant, il avait déclaré que «notre nation rouge ne changera jamais de couleur». Cela avait le mérite d’être clair.

Sans oublier son appel à combattre l’extension des «sept problèmes sérieux» qui gangrènent selon lui la Chine comme «les valeurs universelles, la liberté de la presse, la société civile et l’indépendance de la justice» ainsi que le «constitutionnalisme» qui voudrait que le Parti communiste obéisse à la loi!

Fermez le ban…

Tout cela a permis aux leaders de l’aile gauche de ce même parti de déclarer qu’il fallait se ranger derrière Xi car il reprenait l’ensemble de leurs préoccupations comme l’a écrit l’économiste Zang Hongliang.

Et tout cela n’était qu’une mise en bouche.

Depuis, un tout nouveau portrait de Mao orne la place Tien An Men, des autocritiques demandées aux responsables ont fleuris dans les journaux officiels et à la télévision comme aux plus belles heures de la révolution cutlurelle, les arrestations de ceux qui «propagent des rumeurs» se sont multipliées, une phraséologie que ne renierait pas le Grand timonier est à nouveau à la mode chez les fonctionnaires de la propagande.

Oubliés les centaines de millions de morts dont il est directement responsable, ses erreurs économiques criminelles, sa vision désastreuse du pays et de l’histoire, Mao est donc de retour grâce à Xi Jinping.

Et pourtant, avec la chute de Bo Xilai, reconnu coupable le 22 septembre dernier de «détournements de fonds, corruption et abus de pouvoir», qui était celui qui l’avait remis au goût du jour quand il dirigeait la ville-province de Chongqing et l’arrivée de Xi Jinping dont le père avait été martyrisé lors de la révolution culturelle, on pensait que ce serait le mouvement inverse, celui de la «démaoïsation» qui serait de mise.

On avait donc tout faux!

Non seulement Xi Jinping n’a pas pris cette occasion pour démontrer que Mao devait être jeté aux poubelles de l’histoire mais il l’a réhabilité pour mener une campagne contre la corruption, accusation qui, dans un régime totalitaire, est souvent utilisée contre ceux qui ne sont pas d’accord avec vous.

Cependant, le Chine d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celle de Mao et les Chinois n’ont certainement pas l’intention de se laisser «remaoïser» sans rien dire même si la campagne contre la corruption est sans doute bienvenue dans une population qui en subit les conséquences depuis des décennies.

Mais le tour de vis autoritaire que veut prendre Xi Jinping est peut-être une façon de se prémunir contre les difficultés économiques et sociales que le pays risque de traverser dans les années qui viennent même si une embellie de l’économie semble se dessiner récemment.

Car tous les dangers qui guettent cette dernière sont toujours là comme une machine productive pas assez moderne et tournée toujours en grande partie vers l’exportation, les dettes pharamineuses des provinces et une économie boostée par les dépenses publiques et non par l’innovation (qui nécessite une société civile largement autonome et régit par des règles démocratiques) ainsi que par un dumping alliant protectionnisme et subventions à l’exportation, le tout totalement contraire aux accords internationaux signés par la Chine.

Tout régime autoritaire a comme premier réflexe, devant les difficultés qui s’annoncent, de verrouiller ce qu’il peut au lieu de se réformer pour accepter l’évolution inéluctable de la société, retardant ainsi la démocratisation et ses bienfaits.

Si cela se termine parfois mal pour lui, malheureusement, parfois aussi cela produit de la violence dont est victime la population et peut amener un pays à devenir agressif sur la scène mondiale.

Dans ce cadre, les appels répétés et inquiétants de Xi Jinping à renforcer l’armée chinoise et ses capacités ne doivent donc pas être pris à la légère.

Alors que l’on a espéré un temps que Xi pourrait être un Gorbatchev chinois, il pourrait bien être un Brejnev… Ou, plus inquiétant, simplement un nouveau Mao.

Alexandre Vatimbella

Tag(s) : #mondialisation, #Chine, #Xi Jinping

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :