Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mis à toutes les sauces pour permettre aux adultes de dire tout et n’importe quoi en s’abritant derrière leur respect et leur bien être afin de promouvoir des combats idéologiques qui ne les concernent que peu, les enfants ont besoin urgemment d’une mobilisation plus désintéressée.

Cette instrumentalisation de la cause des enfants par les adultes n’est guère nouvelle mais le degré de caricature de débat atteint avec le mariage pour tous (et qui va continuer puisque les prochains combats vont être sur la procréation médicale assistée puis la gestation pour autrui) a été pathétique et montré que les enfants n’étaient qu’un argument rhétorique utilisé sans vergogne par des individus souvent irresponsables qui revendiquent pourtant être des «grandes personnes».

Ceux qui défendaient le mariage pour tous expliquaient que les couples homosexuels ont droit à avoir un enfant alors que ceux qui le combattaient, expliquaient que la civilisation occidentale est en danger si ces mêmes homosexuels se marient.

Il s’agissait donc avant tout, sur le fond, d’un débat idéologique sur ce que doit être notre société et ce qu’elle doit ou non autoriser aux adultes, en l’occurrence, ici, les homosexuels et pas vraiment sur le bien être de l’enfant et sa protection.

Parce que si l’on veut vraiment parler et s’occuper des enfants – et il y a vraiment du boulot –, il faudrait que les mêmes qui étaient des millions à descendre dans les rues pour défendre l’une ou l’autre des causes précitées, se précipitent pour clamer haut et fort leur indignation sur le fait que, rien qu’en France, il y a deux enfants qui meurent chaque jour de maltraitance comme vient de nous le rappeler un rapport officiel. Et encore, il ne s’agit que des cas constatés. Sans parler de tous ceux qui sont traumatisés à vie, physiquement ou psychologiquement.

Là, point d’arguments philosophiques à deux balles que l’on entend tous les jours (même si la question de l’enfant-objet est une vraie problématique morale) mais une terrible réalité, concrète.

Car il ne s’agit pas de maladies au pronostic souvent fatal pour lesquelles on est encore malheureusement démuni.

Mais de violence infligée par des adultes.

On parle ici d’enfants qui meurent de mauvais traitements quelle que soit leur famille.

Mais aucune manifestation de masse n’est prévue pour cela, qu’elle soit organisée par les pro-mariage pour tous ou les anti-mariage pour tous ou par tout autre groupe de pression, voire par une amicale réunissant les «pro» et les «anti» dans un moment de lucidité.

Pourtant, nos politiques ont trouvé un filon lorsqu’ils s’opposent à leurs adversaires: l’avenir de nos enfants.

Si l’on dépense trop, ce sont nos enfants qui devront rembourser. Si l’on détruit trop notre environnement, ce sont nos enfants qui ne pourront plus vivre convenablement. Si l’on fait ceci ou cela, malheur à nos enfants.

Mais même si c’est le cas, cela ne concernera pas, au minimum et en France, les sept cents qui, chaque année, n’auront pas de le droit de construire leur avenir.

Bien sûr, à chaque assassinat horrible d’un enfant, à chaque disparition inquiétante, les politiques montent au créneau en rapport avec l’émotion de l’opinion.

Mais cela ne dure qu’un temps, le temps médiatique.

Ce dernier est beaucoup trop court pour s’attaquer réellement au problème de la maltraitance des enfants au sens le plus large (qui ne concerne pas seulement les décès). Il faut un investissement quotidien fort et les moyens de faire en sorte d’éradiquer cette honte dont nous partageons tous une part de responsabilité tant qu’elle n’aura pas cessé.

Et l’on aimerait bien que les partis centristes, sensés défendre une vision humaniste de la société, montent en première ligne sur cette cause qui ne divise pas, qui ne peut diviser et qui peut donc accueillir tout le monde, dans une sorte d’union nationale chère à certains, sans forcément de récupération politicienne…

Mais, justement, cette cause est peut-être trop peu intéressante en matière de retombées électorales?!

On n’ose y croire et l’on voudrait plutôt penser que l’humanisme dont se targue tellement de politiques aujourd’hui n’est pas seulement une posture quand il faut le défendre «à la base», celui qui est au cœur de toute humanité, l’enfant.

Alexandre Vatimbella

Voir le site Le Centrisme

Tag(s) : #centrisme, #centre, #centriste, #enfant, #enfance, #humanisme

Partager cet article

Repost 0